jeudi 24 avril 2014

L'intégration des jeunes dans l'entreprise

http://www.vendee.cci.fr/var/storage/original/application/8e4a05ed91ac2b7e12d01b98d85113d6.pdf
«L’intégration des jeunes dans l’entreprise» Souvent, les jeunes sont considérés comme réfractaires à l’effort, rebelles à l’autorité, plus matérialistes... bref, moins attachés au travail. Et pourtant, ils sont plus que jamais porteurs d’avenir.

Alors, qui sont-ils vraiment ? Qu’attendent-ils de l’entreprise ? Comment les recruter, les fidéliser, les manager ? L’alternance est-elle une formule gagnante pour les entreprises ? Les jeunes savent-ils encore entreprendre ?

Autant de pistes qui vous sont présentées pour mieux comprendre cette génération et l’intégrer dans l’entreprise.



France, ta jeunesse entreprend (encore) !

La Tribune | 25/06/2013
Perrine Créquy et Fabien Piliu


Les moins de 35 ans dopent la création d’entreprise.
Ingénieurs, chercheurs, diplômés d’écoles de commerce, artisans ou autodidactes, ils créent de l’emploi, innovent et exportent. Alors que la croissance du pays patine, cette génération d’entrepreneurs « qui n’a peur de rien » suscite beaucoup d’espoirs pour l’économie de demain.

Trop souvent, la génération Y, née depuis les années 1980, donne l’impression d’être réfractaire à l’effort, en plus d’être accro aux nouvelles technologies et rebelle à l’autorité. Pourtant, de plus en plus de jeunes choisissent d’entreprendre, investissant sans compter leur temps et leur énergie. Seule la classe d’âge des moins de 30 ans a accru sa représentation parmi les créateurs d’entreprise au cours des dix dernières années.

Et la tendance s’accélère. Si un tiers des actifs a entre 20 et 34 ans, ils constituent, selon l’Insee, 43 % des fondateurs des 330 000 auto-entreprises lancées en 2012, et 34 % des créateurs des 220 000 sociétés fondées avec un autre statut.
....

Article à consulter dans notre lettre thématique

jeudi 21 novembre 2013

L'entreprise au coeur de son territoire



http://www.vendee.cci.fr/var/storage/original/application/27582dd4bfdfcc19926309ef85610115.pdf
L’attractivité d’un territoire repose sur un éco-système performant, constitué d’acteurs agissant dans une même dynamique et oeuvrant ensemble pour des retombées économiques profitables à tous.

Au cœur de cette action, les entreprises, trop souvent opposées aux collectivités, sont pourtant bien l’un des maillons essentiels sur lesquels s’appuyer.

De quelle façon l’entreprise et son dirigeant contribuent-ils concrètement à la qualité de leur environnement ? Quel rôle jouent-t-ils dans la promotion d’un territoire ? Et quels critères l’entreprise retient-elle lorsqu’il s’agit de choisir son lieu d’implantation ?

C’est ce que tente de décrypter cette nouvelle lettre thématique.

Réussir à l'international

http://www.vendee.cci.fr/journal-l-entreprise-vendee


Souvent regardé du coin de l’oeil, l’International soulève de nombreuses questions.
Est-ce un risque ou une opportunité ? Quelles sont les ressources nécessaires pour conquérir de nouveaux marchés ? Quelles aides ? …
L’Entreprise Vendée vous propose un tour d’horizon illustré de témoignages d’entreprises exportatrices.

La Vendée aime les défis, celui de l’International en est un ! Depuis dix ans, l’export vendéen a progressé de  36 %. En 2012, la valeur exportée représentait 1,96 milliard d’euros. En deux ans, certains secteurs connaissent même des évolutions remarquables : c’est le cas des produits agricoles et de ceux issus de la pêche (+ 50%) ou de la mécanique et du matériel électrique (+ 37 %). Le secteur  agroalimentaire progresse quant à lui de 23 %.

Bien ! Mais la Vendée peut mieux faire !

La Vendée ne veut pas d’un satisfecit. Si nombre d’entreprises exportent de manière indirecte – par un tissu fort de sous-traitants -,il n’en demeure pas moins que le poids de l’export (en valeur exportée) ne représente que 11% sur le plan régional derrière la Loire- Atlantique (46%), le Maine-et-Loire (20%) et la Sarthe (16%). Aujourd’hui, seules 440 entreprises vendéennes exportent directement.

Le solde commercial resté positif entre 2006 et 2010 alors que la région demeurait dans le rouge, accuse désormais un déficit de 200 millions d’euros en 2012.

Progresser OUI ! Mais comment ?

Au-delà de la peur de l’inconnu et la crainte du changement, les freins à l’export sont nombreux :
- le risque financier (manque de capitaux propres, coût du processus d’internationalisation, développement des ressources humaines),
- le fait que le chef d’entreprise soit souvent seul à porter l’export,
- la complexité des démarches administratives,
- la méconnaissance des potentialités à l’export,
- la difficulté à trouver des distributeurs locaux pèsent sur le développement de l’entreprise à l’International,
- le temps de retour sur investissement souvent très (trop) long Tous ces freins sont connus.

Les entreprises ne doivent pas hésiter à s’approprier toutes les aides et accompagnements pour les  surmonter. Leurs concurrents étrangers le font !

L’export, un relais de croissance !

Les marchés mondiaux ne cessent d’évoluer et la Vendée porte fièrement l’image de qualité des produits «made in France ». La France est parmi les 5 premiers exportateurs mondiaux.
Faire de l’export une stratégie et ne pas simplement exporter par opportunité permet de créer un vrai relais de croissance.
La Vendée, par sa culture du réseau, de l’efficacité et de l’entraide, a tous les moyens pour valoriser ce levier de croissance.


Quelle stratégie adopter ?

L’international : stratégie ou opportunité ? Souvent une première expérience réussie à l’export conduit l’entreprise à conforterune véritable stratégie constituant un relais de croissance. Bien analyser sa capacité à exporter et son degré de préparation,cibler précisément ses marchés et savoir s’adapter sont autant d’enjeux pour transformer l’essai à l’international...

Découvrirez  notre dossier spécial International dans le n° 140 de l'Entreprise Vendée "International, Just do it"




jeudi 4 juillet 2013

L'Allemagne... et alors ?

Les performances économiques de l’Allemagne par rapport à la France interpellent. Il est utile de connaitre  les raisons du succès de nos voisins et d’en tirer des leçons. Pour autant, l’admiration -de certains- pour le  «modèle allemand», ne doit pas nous empêcher de discerner ses éventuelles faiblesses ou les éléments de contexte qui rendent l’imitation difficile, voire hasardeuse.

Cette nouvelle lettre thématique cherche en quelques pages à identifier les points forts de l’économie allemande sans faire abstraction de ses limites.

Cette publication, ainsi que nos précédentes éditions, est à votre disposition en format numérique sur notre site internet www.vendee.cci.fr


Consulter également : "L'Allemagne : un modèle, mais pour qui ?" de Jacqueline Hénard avec une préface de Louis Gallois, Paris, Presse des Mines, octobre 2012.

"La Fabrique de l'industrie, laboratoire d'idées fondé par Louis Gallois qui cherche à encourager le débat sur les enjeux de l'industrie en France, y a répondu par une note qui cherche à mettre en exergue non pas un "modèle", mais le système allemand et les défis de cohérence qu'il pose à la France."

vendredi 3 mai 2013

Produit Intérieur Brut, Bonheur Intérieur Brut... a-t-on le choix ?

Quelle est aujourd'hui la finalité de l'entreprise ? Uniquement des chiffres et une croissance pour alimenter le "Produit Intérieur Brut" ? Ou alors une autre voie pour les acteurs (entrepreneurs, collaborateurs, clients...) qui serait le moteur du "Bonheur Intérieur Brut" ?

Téléchargez notre lettre thématique : "Produit Intérieur Brut, Bonheur Intérieur Brut... a-t-on le choix ?"  Vous y trouverez des éléments pouvant alimenter votre propre réflexion.


Consultez également  http://www.oecd.org/progress

"L’initiative du vivre mieux : Mesurer le bien-être et le progrès"

"Nos vies s’améliorent-elles ? Quel rôle les politiques peuvent-elles jouer à cet égard ? Mesurons-nous les bons paramètres ? L’Initiative du vivre mieux de l’OCDE et le programme de travail sur la mesure du progrès répondent à ces questions. Ils permettent de comprendre ce qui contribue au bien-être des individus et des pays, ainsi que d’identifier comment susciter plus de progrès pour tous."

Notre Centre d’Information Economique se tient à votre disposition pour tout renseignement ou commentaire sur ce document. N’hésitez pas à le joindre par téléphone au 02.51.45.32.45 ou par mail à l’adresse cie@vendee.cci.fr.




lundi 4 février 2013

Capitaux propres et développement

Les entreprises vendéennes auront-elles les reins assez solides pour traverser une crise importante et durable ? Pour assurer leur développement, elles ont besoin d’une bonne assise financière.
Plusieurs initiatives vendéennes qui répondent à cette problématique : comment renforcer ses capitaux propres ?


Consolider les fonds propres des entreprises, 

les solutions vendéennes !


Dans une période financière instable comme celle que nous traversons actuellement, tous les indicateurs sont scrutés, analysés et largement commentés. Parmi eux, le montant des capitaux propres des entreprises est suivi de près, voire de très près… En effet, ces capitaux, correspondent aux ressources propres des entreprises, le haut du bilan. Ils servent de matelas financier pour ces dernières en cas de difficultés.

Par ailleurs, ces capitaux propres constituent une garantie de solvabilité de l’entreprise. Ainsi plus les fonds propres sont importants et plus la capacité de l’entreprise à honorer ses engagements et à se développer sur le long terme est importante. On comprend que ces ressources soient examinées à la loupe par les créanciers.

Des dispositifs originaux pour lever des concours bancaires


Les entreprises ont besoin de solidité financière nécessaire à leur développement.

Pour les aider, la CCI Vendée a déjà mis en place le dispositif K@Vendée. Plus de 4 millions d’euros ont ainsi été investis dans l’économie vendéenne en 4 ans. 

Toujours préoccupée par la pérennité des entreprises locales, la CCI Vendée vient de lancer Vendée Croissance, un fonds de développement départemental à destination des TPME. Celui-ci mobilise, d’ores et déjà, 6 millions d’euros.

Ces solutions à la vendéenne sont enrichies par d’autres initiatives telles que les Trophées Avenir, les prêts d’honneur des plateformes d’initiatives locales et du Réseau Entreprendre Vendée.

jeudi 17 janvier 2013

La relation client : les nouveaux comportements d'achat et les nécessaires adaptations pour les entreprises.

A l’heure de l’e-commerce, le client, mieux informé et multi-canal, rééquilibre la relation vendeur/acheteur. Le consommateur achète moins le produit pour sa valeur intrinsèque, mais plus pour les effets qu’il peut procurer. « Avant on vendait des produits, demain on vendra de l’expérience ». La relation client doit désormais être de plus en plus au cœur de la réussite de l’entreprise.
Téléchargez notre lettre thématique "La relation client"

"Le digital a bouleversé les modes de consommation et la distribution n’y échappe pas. Aujourd’hui, les points de vente doivent rivaliser d’innovation pour regagner leur place dans cet environnement connecté en jouant sur leur principal atout : l’échange humain."


Notre Centre d’Information Economique se tient à votre disposition pour tout renseignement ou commentaire sur ce document. N’hésitez pas à le joindre par téléphone au 02.51.45.32.45 ou par mail à l’adresse cie@vendee.cci.fr.

lundi 26 novembre 2012

La Métallurgie Vendéenne : fer de lance de l'industrie

Avec ses usines à la campagne, la métallurgie représente 40% de l’industrie vendéenne. Majoritairement à taille humaine, ses entreprises sont implantées sur l’ensemble du département et plus précisément dans 66% des communes de Vendée.

De l’aéronautique au matériel agricole en passant par la manutention, le bâtiment modulaire ou encore le mobil home… la métallurgie vendéenne se distingue par la diversité de ses domaines d’activité.



Une large majorité d’entreprises familiales
Le tissu de la métallurgie se compose à 97 % d’entreprises de moins de 200 salariés qui emploient 60 % des effectifs. Si l’on affine les chiffres, la moitié des établissements du secteur de la métallurgie est représentée par des PME de moins de 10 salariés.
A noter que 78% des entreprises ont moins de 30 salariés.
Constituée quasi exclusivement d’entreprises patrimoniales, la métallurgie vendéenne possède ses centres de décision au plus près des sites de production.

Beaucoup d’ouvriers mais peu de cadres :
Dans la répartition des CSP, la catégorie « employé, technicien et agent de maitrise » est conforme à la moyenne nationale avec 30% des effectifs. La particularité émane de la catégorie « ouvrier » qui, avec plus de 60% des effectifs, est supérieure de 8% aux données nationales.
Enfin, la taille modeste et humaine des entreprises explique en partie la faiblesse de l’encadrement (10% des effectifs).

Des PME flexibles et réactives :
Le secteur de la métallurgie s’illustre également par une présence sur des marchés de type « niche » (matériel de pêche, mécanique de haute précision, mobilier urbain…). La prédominance de petits établissements rend les entreprises de ce secteur très réactives aux évolutions des marchés avec des coûts de structure adaptés. Enfin, à l’image du personnel industriel vendéen, ses salariés sont de plus en plus qualifiés.

Des prévisions économiques contrastées :
En début d’année, les entreprises prévoyaient une légère hausse entre 2,5% et 3% par rapport à 2011. Ces prévisions sont, d’une manière globale, confirmées par les patrons vendéens.
Pour autant, les situations demeurent toujours très contrastées en fonction du secteur ou de la niche. L’incertitude reste d’actualité et le tassement des prises de commandes constaté depuis quelques semaines se traduirait par une baisse d’activité à terme.
La nécessité de s’adapter rapidement aux fluctuations des marchés s’impose aux entreprises. Elles peuvent ainsi recourir aux heures supplémentaires durant un mois et être malheureusement contraintes au chômage partiel le mois suivant.

Chiffres Clés :
735 entreprises présentes dans 66 % des communes vendéennes (France : 45 000 entreprises)
20 000 salariés soit le 1er employeur du département (France : 1,8 millions de salariés)
75 % de sous-traitants
Les Pays de la Loire : 3e région métallurgique de France et la Vendée : 2e département régional Rajeunissement des chefs d’entreprises sur les dernières années (-10 ans en moyenne)

Consultez le dossier sur la métallurgie dans le journal l'Entreprise Vendée n° 137

lundi 2 juillet 2012

Comment donner du sens, cultiver la confiance et l’agilité dans votre entreprise



"Face aux immenses challenges que confronte chaque jour l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise, face aux mutations profondes de l’environnement dans lequel elles évoluent, les entreprises n’ont d’autre choix que de repenser leurs organisations et leurs modes de management pour passer d’une logique traditionnelle basée sur l’obéissance et le contrôle à une culture de la responsabilisation et de la confiance."
(Publié sur Le Cercle Les Echos (http://lecercle.lesechos.fr)



Qu’il s’agisse de relations entre les individus, avec des clients et des prestataires, ou de la perception plus globale d’un environnement (financier, économique ou politique…), la confiance est au cœur de notre capacité à regarder l’avenir de façon positive, et donc à aller de l’avant et entreprendre. 

Consultez notre lettre thématique "Question de Confiance"

 

Témoignez : et vous que pensez-vous de la confiance dans l'entreprise ? sur quoi repose-t-elle ?

vendredi 1 juin 2012

Tourisme en Vendée : constats et enjeux

Avec 8,4 millions de nuitées annuelles, la Vendée est le 6ème département touristique de France pour la fréquentation et le 1er de la façade Atlantique.

Les quelques chiffres clés du tourisme ci-après donnent un aperçu de l’importance de ce secteur pour notre département :

•    664 millions d’euros de chiffre d’affaires HT annuels pour l’hôtellerie, l’hôtellerie de plein air et la restauration
•    1er département touristique de France en capacité d’accueil avec 192 155 lits (hôtellerie + hôtellerie de plein air)
•    1er département français pour l’offre en hôtellerie de plein air avec 57 000 emplacements

Les chiffres et la position de notre département sont, à prime abord, flatteurs. Toutefois, leur analyse a fait apparaître des disparités importantes entre les différentes filières que sont l’hôtellerie, l’hôtellerie de plein air et la restauration.

Les enquêtes réalisées par la CCI auprès de  2000 entreprises, dans le cadre de l’observatoire du tourisme en Vendée et de l’étude modernisation de l’offre, ont permis au travers des données traitées, de faire des constats et d’en tirer un certain nombre d’enjeux.

Des enjeux qui se chiffrent au minimum à 150 millions d’euros :

•    50 millions d’euros à court terme dans le cadre de la mise aux normes : 7 à 8 millions d’euros pour la restauration, 16 à 17 millions d’euros pour l’hôtellerie et 25 à 26 millions d’euros pour l’hôtellerie de plein air
•    Plus de 100 millions d’euros à moyen terme dans le cadre de la mise à niveau des standards qualitatifs demandés par la clientèle.

Téléchargez l'ouvrage "Tourisme en Vendée - constats et enjeux" destiné à accompagner les professionnels du tourisme dans l'adaptation aux normes réglementaires et aux standards qualitatifs.